Avant de vous procurer un chien…

Vous pouvez contribuer à mettre un terme aux usines à chiots 

Avec la pandémie mondiale qui se prolonge, la demande pour les chiens, et surtout pour les chiots, continue à grimper. Les refuges, les centres de secours animalier et les éleveurs responsables peinent à répondre à la demande. Ce qui ouvre la porte aux éleveurs sans scrupules, qui veulent profiter de la situation.

Il faut faire tomber la demande pour mettre fin à l’offre

Avant de vous procurer un chien, prenez le temps de bien examiner les choix qui s’offrent à vous, et de peser le pour et le contre.

Les différents choix

L’adoption

Animaux Canada favorisera toujours l’adoption d’un animal provenant d’une SPCA, d’une société d’assistance aux animaux ou d’un groupe de secours animalier. Comment ces animaux se retrouvent-ils en refuge ou dans une famille d’accueil? Les raisons sont très diversifiées : animaux perdus, errants ou retirés à un propriétaire abusif, propriétaires qui découvrent qu’ils sont allergiques, qu’un animal ne convient pas à leur mode de vie ou qu’ils n’ont plus les moyens de s’en occuper, déménagement, décès, etc.

Pour en apprendre davantage, voyez les préjugés courants sur les chiens offerts en adoption dans les refuges.

Et découvrez comment fonctionne le processus d’adoption.

Pour consulter la liste des SPCA et des sociétés d’assistance aux animaux membres d’Animaux Canada, cliquez ici. Vous pouvez également vous adresser à votre municipalité pour savoir s’il y a un refuge dans votre ville, village ou comté.

Vous pouvez aussi visiter le site PetFinder (en anglais seulement). Son moteur de recherche permet de trouver des animaux de compagnie hébergés par des SPCA, des sociétés d’assistance aux animaux et des groupes de secours animalier de toute l’Amérique du Nord. On peut faire des recherches par race, âge, sexe, etc. (Notez que ce site ne répertorie pas les animaux de toutes les SPCA et sociétés d’assistance aux animaux, ni ceux de la plupart des refuges gérés par les municipalités.)

Les avantages de l’adoption

Voici les principaux arguments en faveur de l’adoption d’un chien provenant d’un refuge!

  • Enrichissement personnel. En sauvant ainsi une vie animale, on ressent une grande satisfaction.
  • Économie. Adopter un animal dans un refuge coûte beaucoup moins cher que l’acheter d’un éleveur ou dans une animalerie. En fait, l’adoption dans un refuge est souvent même plus économique que si le chien vous était donné. Pourquoi? Parce que la plupart du temps, les frais d’adoption comprennent la stérilisation, un examen vétérinaire complet, les vaccins et une identification par micropuce. Tout cela vous coûterait au moins 500 $ si vous deviez le payer de votre poche.
  • Compatibilité. Tous les bons refuges, SPCA et centres de secours animalier font des analyses de tempérament pour s’assurer que les chiens sont de bons candidats à l’adoption et que leur comportement est sécuritaire. Plusieurs offrent aussi des programmes pour faire les meilleurs arrimages possibles compte tenu de la personnalité des chiens, et des préférences et du mode de vie de son futur maître.
  • Contribution positive. En adoptant, vous posez un geste qui contribue à régler le problème de surpopulation des animaux de compagnie, et non pas à l’accentuer.
  • Chien adulte = moins de problèmes! On trouve parfois des chiots dans les refuges, mais la grande majorité sont des chiens adolescents ou adultes. Avec un chien adulte, vous éviterez les étapes parfois exigeantes de l’apprentissage de la propreté et du dressage d’un bébé chien.
  • Pas de surprises. Contrairement au chiot, la personnalité et le tempérament d’un chien adulte sont déjà bien établis et bien visibles. Il en va de même pour sa taille, son pelage, etc. Vous avez donc, dès le départ, une meilleure idée de ce que sera la vie avec votre nouveau compagnon.

L’achat

Les éleveurs responsables

Animaux Canada favorisera toujours l’adoption. Cela dit, si vous préférez acheter un chien chez un éleveur, svp assurez-vous de consulter notre liste de questions importantes à poser aux éleveurs pour être certain que vous n’achetez pas, par inadvertance, un animal provenant d’une usine à chiots ou d’un courtier international en chiots.

Si vous ne prenez pas le temps de sélectionner avec soin l’endroit où vous vous procurerez votre animal, vous pourriez vous retrouver avec un chien affecté par de sérieux problèmes de santé ou de comportement. Pour vous, cela signifiera soucis, frustrations et dépenses inutiles. Pire, vous pourriez même contribuer sans le savoir à enrichir l’industrie cruelle des usines à chiots.

Les sites de petites annonces sur Internet peuvent s’avérer problématiques comme outil de recherche et d’achat d’un chien de race pure. En effet, il est pratiquement impossible de faire la différence entre un éleveur responsable et une usine à chiots sans visiter les installations en personne ou par appel vidéo. Beaucoup d’usines à chiots et d’éleveurs improvisés utilisent les petites annonces pour promouvoir leur entreprise et trouver des clients potentiels. En fait, le Bureau d’éthique commerciale estime que 80 % des liens promotionnels qui apparaissent lors d’une recherche d’animaux de compagnie à vendre pourraient être frauduleux, parce qu’on y annonce des animaux dont les vendeurs affichés ne sont pas les propriétaires en réalité.

Voici quelques-uns des signaux d’alarme à surveiller lors de vos recherches en ligne pour trouver un animal de compagnie.

Beaucoup d’éleveurs responsables comptent sur leur propre site Internet, le bouche-à-oreille, et les références de leur club canin régional ou national pour trouver leurs clients. Cela dit, le simple fait d’avoir un site Internet ou pas n’est pas un gage de fiabilité. Si vous faites une recherche en ligne pour trouver un chiot, Animaux Canada vous recommande de poser les questions importantes présentées plus haut. Ne faites aucun achat à moins d’être absolument certain que vous faites affaire avec un éleveur responsable ou une organisation fiable (SPCA/société d’assistance aux animaux) qui utilise la plateforme des petites annonces en ligne pour offrir ses animaux à adopter.

Somme toute, la seule façon d’être vraiment certain qu’un éleveur traite ses chiens de façon responsable et humanitaire, c’est de se rendre sur place (en personne ou par appel vidéo) pour voir de vos propres yeux dans quelles conditions sont gardés les chiots et les chiens de reproduction. Ne versez aucun acompte avant d’avoir rendu visite à l’éleveur. En décembre 2020, le Bureau d’éthique commerciale a publié un communiqué où on estimait que les pertes reliées aux arnaques dans le secteur des animaux de compagnie s’élevaient 3 millions $.

Comment vérifier ensuite si vous avez affaire à un éleveur responsable, qui respecte un code d’éthique rigoureux? Voyez notre liste des principales caractéristiques d’un bon éleveur.

Vous devrez aussi poser des questions très précises et demander à voir certains documents pour valider la compétence de l’éleveur et son respect des normes applicables. Si les certificats de santé ou de vaccination qu’on vous présente vous semblent suspects, svp appelez à la clinique vétérinaire indiquée sur les certificats pour vous assurer qu’ils ne sont pas frauduleux.

Voici quelques signaux d’alerte qui vous aideront à reconnaître les usines à chiots, les courtiers, les éleveurs incompétents et les fraudeurs.

Les meilleurs magasins pour animaux

Il y a beaucoup de bons magasins pour animaux qui ne vendent pas d’animaux. En fait, plusieurs d’entre eux agissent comme « succursales d’adoption » pour les SPCA, les sociétés d’assistance aux animaux et les groupes de secours animalier. Au lieu de vendre des chiens et des chats, ils hébergent en magasin des animaux prêts à adopter. Si un client est intéressé, on le met en communication avec l’organisme en question et le processus de sélection et d’adoption se poursuit selon les critères habituels de l’organisme. En faisant affaire avec ces commerces responsables, vous pouvez adopter un animal, sauver une vie et envoyer un message clair aux autres magasins pour animaux : l’approche la plus bienveillante et humanitaire est d’agir comme succursale d’adoption, plutôt que de vendre des animaux.

Pour en apprendre davantage sur les magasins pour animaux responsables, cliquez ici.

L’importation

Le Canada applique des normes sanitaires pour l’importation commerciale des chiens âgés de moins de 8 mois. Toutefois, il se peut que ces chiens aient été exposés à des maladies zoonotiques (transmissibles aux humains) ou à des parasites qui n’étaient pas apparents au moment de l’importation.

Pour en apprendre davantage sur la réglementation de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) sur l’importation des chiens, cliquez ici.

Les petites annonces sur Internet ne sont pas le meilleur endroit pour rechercher un animal de compagnie (sauf s’il s’agit d’annonces placées par une SPCA, une société d’assistance aux animaux ou un groupe de secours animalier responsable).

Avant de prendre une décision, vous devriez envisager de demander :

  • les certificats de vaccination et autres documents qui permettent de vérifier les antécédents médicaux de l’animal
  • des informations supplémentaires sur le lieu où l’animal a été hébergé avant d’être mis en vente
  • quelle est la politique en ce qui concerne les retours et les frais médicaux si on découvre un problème de santé après l’achat ou l’adoption.

Les courtiers en chiots

En 2020, on a appris qu’un avion en provenance de l’Ukraine avait atterri à Toronto avec une cargaison d’environ 500 chiots entassés dans des cages, dans des conditions sordides. Plusieurs dizaines étaient gravement malades, et 38 étaient déjà morts à leur arrivée.

Cet incident a mis en lumière la problématique des courtiers en chiots. Ce sont des intermédiaires qui réunissent des chiots, parfois âgés de seulement 5 à 6 semaines, provenant d’usines à chiots et d’éleveurs improvisés. Les petits chiens sont ensuite offerts en ligne, souvent à des prix très élevés (de 3000 à 6000 $ par chiot), puis transportés sur de longues distances pour répondre à la demande des animaleries et des acheteurs.

Plus récemment, le réseau anglais de Radio-Canada (CBC News) a révélé que l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) avait mené des perquisitions chez au moins six courtiers en chiots. On en connaît maintenant un peu plus sur cette industrie opaque, qui rapporte des millions, décriée à plusieurs reprises par les organismes de bien-être animal et les vétérinaires.

Ces animaux sont souvent élevés dans des conditions misérables et ils arrivent au pays en mauvaise santé, et parfois avec de faux certificats de vaccination.

Comment reconnaître les usines à chiots

Les usines à chiots (parfois aussi appelés mégachenils) sont des endroits épouvantables où l’on s’affaire à produire le plus de chiots possible, le plus vite possible, et en réduisant les dépenses au minimum. Cela se traduit par des conditions de vie misérables : chiens entassés, malpropreté extrême, absence de soins vétérinaires, interactions réduites avec les humains. Ces chiens souffrent terriblement. La principale préoccupation de ces éleveurs est le profit qu’ils espèrent encaisser lors de la vente des chiots, sans égard au bien-être des animaux.

Les conditions de vie typiques dans les usines à chiots :

  • Les chiens sont entassés dans des granges, des cabanons ou des sous-sols crasseux.
  • Souvent, les cages sont empilées les unes sur les autres, ce qui fait que les déjections des chiens d’en haut tombent sur ceux d’en bas.
  • Puanteur d’ammoniac insupportable résultant de l’accumulation d’urine et de matières fécales
  • Alimentation bas de gamme
  • Les animaux reproducteurs sont utilisés continuellement, à partir d’un très jeune âge, et jusqu’à ce que leur production ralentisse au point où il n’est plus rentable de les garder.
  • Parce qu’ils sont en état prolongé de privation et de confinement extrêmes, les chiens subissent de profondes souffrances physiques et mentales.
  • Ils ne reçoivent pas, ou très peu, de soins vétérinaires.
  • Aucune interaction positive avec les humains
  • Pas de jouets, pas d’exercice, pas de stimulations
  • Les chiots ne sont pas socialisés ni élevés en fonction des humains, des autres chiens, des bruits domestiques, etc.

Apprenez-en davantage sur la façon de détecter les usines à chiots.

Au Canada, c’est au consommateur de se comporter en « acheteur averti ». Ce qui veut dire qu’il faut bien s’informer pour éviter de contribuer par inadvertance à enrichir les usines à chiots.

Nous continuons notre campagne de sensibilisation du grand public et notre lobbyisme auprès du gouvernement en le conseillant sur la façon de changer les lois et la réglementation, de façon à ce que les usines à chiots et les courtiers en chiots deviennent une chose du passé.

Svp, prenez le temps de bien vous renseigner, et aidez-nous à sensibiliser d’autres personnes en partageant cette page.


Sentez-vous un profond désir de faire entrer un animal de compagnie dans votre vie? Si tel est le cas, n’oubliez pas qu’il y a également des chats, des lapins et d’autres petits animaux qui ont aussi besoin d’un foyer. Voyez les animaux prêts à adopter chez votre SPCA, votre société d’assistance aux animaux locale ou votre refuge municipal. Vous allez peut-être trouver le match parfait!